Skip to Content.
Sympa Menu

athena - Menace de cessation des activités de l'Institut pour l'histoire de l'Aluminium

athena AT services.cnrs.fr

Subject: Histoire des techniques en France

List archive

Menace de cessation des activités de l'Institut pour l'histoire de l'Aluminium


Chronological Thread 
  • From: "AHICF" <ahicf AT club-internet.fr>
  • To: <ahicf AT club-internet.fr>
  • Subject: Menace de cessation des activités de l'Institut pour l'histoire de l'Aluminium
  • Date: Wed, 18 Jun 2003 12:32:51 +0200
  • Importance: Normal

L'Association pour l'histoire des chemins de fer en France s'associe à la
déclaration reproduite ci-dessous du Comité scientifique de l’Institut pour
l’histoire de l’aluminium en réponse à l'annonce, par Péchiney, de la fin de
sa contribution à cette association. Nous devons à l'oeuvre de l'IHA
l'émergence d'un nouveau domaine de recherche qui dépasse l'histoire
industrielle française du XXe siècle par ses multiples implications comme la
constitution d'un patrimoine sauvé par des actions précises et par une
vigilance de tous les instants. L'IHA s'est en outre attaché à réunir
professionnels du secteur et professionnels de la recherche au service d'une
histoire inédite dont l'écriture est l'occasion de liens précieux entre
l'entreprise et l'université, comme l'AHICF tente de le faire à sa suite
dans le domaine des transports par rail. A tous ces titres, nous partageons
l'inquiétude du comité et souhaitons que les activités de l'IHA et ses
missions puissent, au profit de tous ses partenaires, continuer d'être
assurés dans l'avenir.
Si vous souhaitez réagir à cette déclaration, qui peut être diffusée aux
personnes de votre choix, envoyez votre message à l'IHA:
histalu AT histalu.org
Institut pour l’histoire de l’aluminium
Tour Manhattan / 17e étage
92087 Paris La Défense Cedex
Téléphone : 01 56 28 34 36
Télécopie : 01 56 28 34 33
-------------------------------
Déclaration du Comité scientifique
de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium

Paris, le 16 juin 2003


Les membres du Comité scientifique de l’IHA ont été informés, lors de la
dernière séance de son Conseil d’administration, de la décision de Pechiney
de mettre fin au financement de l’association à la fin 2003.
Il est de notre responsabilité, quelles que soient les raisons financières
invoquées pour justifier cette décision, de souligner ses conséquences
prévisibles pour la communauté scientifique et, d’une manière générale, pour
la compréhension des grands phénomènes économiques et sociaux du XXe siècle.

Le bilan de l’IHA

Le bilan de 17 années d’activité de l’IHA est considérable, dans trois
domaines en particulier.
Le premier est la préservation et la mise en valeur du patrimoine. L’IHA a
dès sa création intégré cette dimension à son action, ce qui lui vaut
aujourd’hui non seulement de disposer d’importantes collections
archivistiques et documentaires (papiers personnels, fonds iconographiques,
objets anciens, archives d’entreprises…), cas unique dans le secteur de l’
aluminium, mais aussi d’être reconnu comme un partenaire solide par les
entreprises et les institutions culturelles. Grâce à lui et aux missions de
conseil qu’il a conduites, d’importants fonds d’archives ont été sauvés et
ouverts aux chercheurs. La réorganisation en cours de la gestion de ses
collections, sa contribution à la valorisation d’une collection d’objets en
aluminium unique au monde, ses partenariats avec différentes institutions
muséales en ont fait une structure pionnière dans la réflexion sur le
patrimoine.
Le deuxième domaine est celui de la recherche. L’IHA a su réunir, en toute
indépendance, dans un même effort, les salariés d’entreprises du secteur et
leurs retraités ; il a su faire appel à des universitaires de divers
horizons (historiens, économistes, gestionnaires, sociologues, géographes…)
en vue de promouvoir des recherches tant en France que dans le monde. Les
sources de Pechiney ont été largement mises à contribution et confrontées à
celles d’autres firmes comme aux archives publiques, formant le substrat d’
une histoire des entreprises aux multiples ramifications. Mais au-delà, ce
sont à la fois un matériau et l’ensemble d’un secteur industriel qui
constituent son terrain d’investigation. Ces enquêtes, fondées d’une part
sur la collecte de témoignages et de mémoires d’anciens de l’industrie et d’
autre part sur des travaux scientifiques de haut niveau (maîtrises, DEA,
thèses de doctorat d’étudiants, boursiers ou non de l’IHA), sont complétées
régulièrement par des rencontres et colloques, souvent d’ampleur
internationale.
Tous ces efforts ont fondé la réussite de l’IHA dans un dernier domaine : le
rayonnement de ces travaux, tant dans le monde industriel que dans celui de
la recherche académique, voire auprès du grand public. Tout récemment, l’
ouverture d’une grande exposition sur l’aluminium à la Cité des Sciences et
de l’Industrie de La Villette en même temps que la sortie d’un livre grand
public sur le matériau en portent témoignage. Ils sont l’aboutissement d’une
démarche de longue durée, inaugurée avec les Cahiers d’histoire de l’
aluminium dont les 30 numéros parus offrent un échantillon d’une grande
richesse à qui veut se rendre compte du travail accompli par une toute
petite équipe forte de nombreuses collaborations bénévoles. Au cours des
ans, une collection d’ouvrages, publiés chez divers éditeurs, a consolidé
cet édifice, constituant une bibliothèque de premier ordre pour l’histoire
économique et technique du secteur.
L’entreprise a largement bénéficié des retombées de ces travaux, l’Institut
s’impliquant régulièrement dans des recherches spécifiques, des projets de
formation, des opérations de communication interne ou externe. Mais au-delà,
ce corpus a fait entrer l’histoire de l’aluminium dans le champ de l’
histoire générale et des sciences de gestion, contribuant à mieux faire
connaître ses entreprises et leurs logiques techniques, économiques,
gestionnaires, sans oublier leur histoire sociale et syndicale. Longtemps
méconnu, le monde de l’aluminium est aujourd’hui devenu objet d’étude dans
les universités en France et dans le monde.

Une dynamique cassée

C’est cette dynamique que compromet la décision récente de Pechiney,
principal soutien financier de l’IHA. Elle laisserait inachevée la mise en
œuvre d’un programme de recherche prometteur, et fait courir le risque que
disparaissent de larges pans du capital de savoir et de savoir-faire
accumulé au cours des ans, tant par les bénévoles que par l’équipe
permanente de l’association.
Avec courage et obstination, l’IHA a su se garder de rechercher des
résultats rapides et superficiels pour engager une œuvre de longue haleine,
patiemment construite, chaque année apportant sa moisson de travaux d’
anciens professionnels ou d’universitaires. Cette œuvre est loin d’être
achevée : de nombreux travaux n’ont pas encore été publiés et bien des
aspects de l’histoire de l’aluminium restent à étudier. Mais, faute d’une
structure d’accueil et de soutien des chercheurs, c’est vers d’autres
horizons que nous risquons, demain, de devoir orienter nos étudiants. Quant
aux liens féconds entre universitaires et professionnels, qui ont permis une
approche originale des questions techniques et économiques, ils risquent
tout bonnement de passer par pertes et profits.
Car l’œuvre de l’IHA est aussi en péril : s’il ne fait pas de doute que la
direction de l’association mettra tout en œuvre pour s’assurer du sort de
ses collections d’archives, de documentation et de travaux, rien ne garantit
que cet ensemble puisse continuer à féconder de nouvelles recherches. Il
faut pour cela le travail d’une équipe, maîtrisant les outils de gestion,
œuvrant à la valorisation des connaissances par des rencontres entre
chercheurs, des publications de qualité, des projets au rayonnement local ou
national.

Des enjeux de société

C’est ce bel outil qui est aujourd’hui menacé de disparaître. Dans ce
contexte, l’IHA peut compter sur notre soutien pour mettre en œuvre, s’il le
fallait, les mesures conservatoires indispensables que requièrent ses
collections, mais aussi pour rappeler à Pechiney l’importance, pour l’
entreprise elle-même comme pour le public, de ce type de recherches, comme d
’une politique d’archives qui fasse sa part au patrimoine et garantisse leur
accès aux chercheurs engagés dans des travaux ou qui souhaiteraient s’y
investir.
Mais nous refusons de considérer comme acquise la fin de l’IHA. Aussi
lançons-nous un appel à Pechiney pour qu’il reconsidère une décision que
nous espérons réversible : la longue tradition d’aide à la recherche qui a
forgé son image d’ouverture et de transparence ne peut avoir subitement
perdu ses fondements.
La disparition de l’Institut nous attristerait et nous inquièterait. Elle
marquerait une rupture d’autant moins compréhensible que Pechiney appartient
au petit cercle des entreprises attentives aux efforts de notre société pour
promouvoir un modèle de développement marqué par la “ durabilité ” et l’
intérêt général. Une certaine idée des relations entre l’entreprise et son
environnement est l’enjeu de ce débat qui dépasse la seule pérennité de l’
IHA.


Henri MORSEL, professeur émérite à l’Université de Lyon III, président du
Comité scientifique de l’IHA
Dominique BARJOT, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de
Paris IV– Paris-Sorbonne
Patrick FRIDENSON, directeur d’études à l’École des hautes études en
sciences sociales
Yannick LEMARCHAND, professeur de gestion à l’Université de Nantes
Philippe MIOCHE, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de
Provence
---------------------------------------

Association pour l'histoire des chemins de fer en France / French Railway
Historical Society / 19, rue d'Amsterdam, F-75008 Paris / Tél.: +33(0)1 4282
7170 / Télécopie: +33(0)1 4282 7172 / Courrier électronique:
ahicf AT club-internet.fr / Calendrier des activités, programmes des colloques,
ressources documentaires, aide à la recherche:
http://www.trains-fr.org/ahicf




  • Menace de cessation des activités de l'Institut pour l'histoire de l'Aluminium, AHICF, 06/18/2003

Archive powered by MHonArc 2.6.18.

Top of Page