Skip to Content.
Sympa Menu

athena - [Athena] annonce des journées Traverses : l'ordre du monde -ordonner agencer, créer

athena AT services.cnrs.fr

Subject: Histoire des techniques en France

List archive

[Athena] annonce des journées Traverses : l'ordre du monde -ordonner agencer, créer


Chronological Thread 
  • From: KMOKADDEM <Kader.MOKADDEM AT esadse.fr>
  • To: ATHENA <athena AT services.cnrs.fr>
  • Subject: [Athena] annonce des journées Traverses : l'ordre du monde -ordonner agencer, créer
  • Date: Sat, 30 Apr 2011 09:16:41 +0200
  • Mailscanner-null-check: 1304753166.38899@EbWVrqrjE+aY3fAGsiLLUg

Vous trouverez ci dessous le s Programme des Journées Traverses 2011 du 10,11 et 12 mai 2011
Conférences, débats, concert
Événement organisé par le Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne Métropole, l’Ecole supérieure d’art et design de Saint-Etienne et l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Saint-Etienne. 


Contact : Justine Duchateau
Responsable des Relations Extérieures
tél: + 33 (0)4 77 47 88 05
Ecole supérieure d'art et de design
3, rue Javelin Pagnon
42048 Saint Etienne Cedex 1
 

« Nous demandons seulement un peu d’ordre pour nous protéger du chaos. Rien n’est plus douloureux, plus angoissant qu’une pensée qui s’échappe à elle-même, des idées qui fuient, qui disparaissent à peine ébauchées, déjà rongées par l’oubli ou précipitées dans d’autres que nous ne maîtrisons pas davantage. »

Gilles Deleuze et Félix Guattari « Du chaos au cerveau » Qu’est-ce que la philosophie ?

Le désir d’ordre que l’on demande n’est souvent que le désir de suspendre un moment les choses, d’éviter qu’elles ne deviennent informes et confuses.
Il y a quelque chose dans le monde qui semble à jamais inatteignable, à jamais insaisissable, quelque chose qui refuse de se mettre en forme.
Nous voudrions pouvoir organiser le monde, lui donner un ordre comme nous rangeons notre chambre ou notre bureau et arrangeons, agençons les objets dans nos espaces de vie.
En somme nous voudrions bien aménager le monde, nous accommoder de son désordre. Un peu comme ces personnages de Beckett qui doivent faire face à un monde inorganisé, déstructuré, sans limite et contours précis, nous faisons un effort pour ordonner le monde, ordonner au monde.
L’ordre du monde n’est donc pas une fin en soi, un horizon, c’est la manière dont nous entrons en dynamique avec lui, dont nous composons avec lui un peu comme le musicien agence et ordonne une série de sonorité selon une certaine série et itération pour faire une mélodie ou une mélopée.
 
Et pourtant, il y a cette perception inconsciente que le monde a un ordre qui nous échappe et qu’il faut découvrir à tout prix – un ordre inapparent qu’il faut découvrir et dévoiler en impliquant un processus de déconstruction, d’analyse, d’explication et de combinaison.
C’est la mission que nous attribuons au premier abord à la science que de pouvoir nous donner une perception rigoureuse d’un ordre qui nous échappe. La science fonctionne comme le destin, elle ne fait que dérouler une logique implacable qui dessine les contours d’un monde où tout serait à sa place. Cette vision de la science comme arrangeant les éléments d’un ordre du monde sous forme de lois scientifiques débouchant sur des objets techniques permet d’agir en conformité à cet ordre qui nous dépasse.
Comme si l’ordre du monde est un texte à déchiffrer, à décoder – vieux mythe d’un livre écrit par la nature dont nous aurions perdu la table des matières, le sommaire et l’index…
Il semble bien que cet ordre-là ne soit pas suffisant à nous rassurer sur la stabilité des choses et des êtres et qu’il faille en passer par une autre forme de composition et d’agencement des choses. Il semble bien qu’il nous faille disposer autrement les choses et les êtres.
La logique formelle des agencements et des combinaisons des propositions de la science paraît impuissante à saisir toute une puissance d’inventivité et de création dont la conscience ne nous est pas évidente. Comme s’il restait toujours une fois l’ordre établi, l’ordre rétabli (pour employer une _expression_ de politique et de police) quelque chose qui lui échappe.
 
Peut-être notre monde n’est-il pas si disposé et si disponible que cela à l’ordre sinon à croire à la fixité de nos systèmes de représentation du monde.
Mais peut-être l’ordre du monde est-il différent du tableau scientifique qui ordonne la position des éléments du monde entre eux ?
Peut-être l’ordre du monde se joue-t-il dans une autre organisation, ordonnancement ou agencement des éléments.
Il serait alors question d’une autre forme de tableau, celui dont l’art et l’architecture ont dressé les caractéristiques. Et cette autre forme de l’ordre relèverait alors d’autres instances que la logique de découverte de structures préexistantes ; elle relèverait d’une autre forme où il s’agirait de « composer » avec des éléments épars, éloignés les uns des autres, comme le peintre agence des formes sensibles colorées distantes les unes des autres pour faire surgir une tenue du monde ou comme l’architecte agence des formes matérielles sensibles pour  consolider une perception d’espace…
C’est donc à des logiques d’invention et de création que conduit cette autre forme de l’ordre du monde.
Aborder cet autre ordre du monde, c’est décider de composer avec la possibilité d’inventer et de créer d’autres mondes.
 
 

L’ordre du Monde

Ordonner, agencer, créer

 
Mardi 10 mai – Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne Métropole
Espace d’exposition et salle de conférence
 
14 h : Accueil
 
14h30 : Ouverture officielle et introduction aux rencontres

-              Lorand Hegyi, Directeur Général du Musée d’Art Moderne

-              Emmanuel Tibloux, Directeur de l’Ecole supérieure d’art et design de Saint-Etienne

-              Martin Chénot, Directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Saint-Etienne

 
15h : Visite de l’exposition « Catalogue » en présence des commissaires (Jeanne Brun, conservatrice du patrimoine – responsable des collections du Musée et Emmanuel Tibloux, Directeur de l’Ecole supérieure d’art et design de Saint-Etienne) et des artistes invités (Anne-James Chaton, Ambroise Tièche et Valérie Mréjen)
 
16h : Table ronde – Artistes invités : Anne-James Chaton, Ambroise Tièche et Valérie Mréjen
 
19h : Buffet
 
20h : Concert-lecture d’Anne-James Chaton (poète sonore) et Andy Moor (musicien)
 
Mercredi 11 mai – Ecole nationale supérieure d’architecture de Saint-Étienne
 
9h : Lectures Béatrice Chatron
 

-              Textes de Valère Novarina

Devant la parole - chez P.O.L. - 1999
L'Espace furieux - chez P.O.L. - 1997
L'Opérette imaginaire - chez P.O.L. – 1998
 

-              Fragments de Eden Eden Eden, de Pierre Guyotat

Eden Eden Eden - Gallimard - 1970
 
10h : Table ronde – Philippe Simay (Philosophe et professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Saint-Étienne), Pierre-Albert Perrillat (Architecte et professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Saint-Étienne), Pierre Hebbelinck (Architecte), Antoine Vialle (Architecte)
Pourquoi raconter le processus créatif d'un projet plutôt que de montrer une œuvre aboutie ? Qu'est-ce qui, dans cette attention au dispositif méthodique bien plus que la seule représentation, alimente une réflexion- théorique- et une pratique architecturale ou artistique ?
 
 
14h : Pratiques d’atelier : rencontre-échange avec P. Hebbelinck, les étudiants et les enseignants responsables d’ateliers -
Comment organise-t-on les conditions pour constituer des matières à projet ?
 
19h : Conférence – Atelier de Pierre Hebbelinck & P. de Wit - Méthodologie du sensible
Auditorium (Platine) – Cité du design / ESADSE
 
 
Jeudi 12 mai – Ecole supérieure d’art et design de Saint-Étienne
Auditorium (Platine)

 

9h30 : Ouverture sur les enjeux plastiques de la thématique – Kader Mokaddem, professeur ESADSE

 

Préambule  - Ecoute de « Désordre »(1985) extrait des Etudes pour piano de György Ligeti.

 

10h : Conférence / débat avec Paul Jorion, anthropologue et économiste

Kader Mokaddem & Jean-Claude Paillasson, professeurs ESADSE

 

Autour des enjeux de « Comment la vérité et la réalité furent inventées ».

Le livre de P. Jorion reconstruit la généalogie de nos modes de connaissances fondées essentiellement sur une relation à la vérité et à la réalité par le biais d’une logique du discours. L’ouvrage s’efforce de montrer que notre rapport au savoir est une construction, voire une fiction, qui s’articule avec une organisation de notre représentation du monde par le biais d’une classification particulière des choses et des idées.

 

14h : Conférence / débat avec Kobe Matthys, artiste, fondateur d’Agency

Kader Mokaddem, professeur ESADSE

Assembly (Traverses) by Agency

Pour cette présentation d’Agency, l'agence s’occupera d’un élément de sa « liste de choses » résistants aux classifications usuelles. Cette « liste de choses » est élaborée depuis la création d’Agency en 1982. La « chose » traitée est indexée sous le numéro 001038, elle concerne une polémique née en 1996 aux États-Unis autour d'une taxonomie concernant les procédures de codification et de procédures médicales.

 

17 h : Synthèse des journées

 

Attachment: Programme des Journées Traverses 2011.pdf
Description: Adobe PDF document



  • [Athena] annonce des journées Traverses : l'ordre du monde -ordonner agencer, créer, KMOKADDEM, 04/30/2011

Archive powered by MHonArc 2.6.18.

Top of Page