Skip to Content.
Sympa Menu

athena - [ATHENA] Soutenance de thèse - "Des savants aux chercheurs. Les sciences physiques comme métier (France, 1945-1968)

athena AT services.cnrs.fr

Subject: Histoire des techniques

List archive

[ATHENA] Soutenance de thèse - "Des savants aux chercheurs. Les sciences physiques comme métier (France, 1945-1968)


Chronological Thread 
  • From: Pierre Verschueren <pierre.verschueren AT gmail.com>
  • To: athena AT services.cnrs.fr
  • Subject: [ATHENA] Soutenance de thèse - "Des savants aux chercheurs. Les sciences physiques comme métier (France, 1945-1968)
  • Date: Thu, 23 Nov 2017 14:03:16 +0100
  • Authentication-results: t2gpsmtp1.dsi.cnrs.fr (amavisd-new); dkim=pass (2048-bit key) header.d=gmail.com

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC et ED113), intitulée

« Des savants aux chercheurs. Les sciences physiques comme métier (France, 1945-1968) »

Vendredi 8 décembre 2017 à partir de 9h
en salle 235B,
à l’École normale supérieure
29, rue d'Ulm, 75005 Paris
(métro Luxembourg ou place Monge)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié·e·s. Afin de faciliter son organisation, je vous remercie de m’indiquer votre présence à celui-ci.

Jury :
Soraya Boudia, professeure de sociologie, université Paris-Descartes (rapporteure)
Christophe Charle, professeur d’histoire contemporaine, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur de thèse)
Robert Fox, professeur émérite d’histoire des sciences, université d’Oxford (examinateur)
Gabriel Galvez-Behar, maître de conférences HDR d’histoire contemporaine, université Lille 3 (examinateur)
Anne Rasmussen, professeure d’histoire des sciences, université de Strasbourg (rapporteure)
Nathalie Richard, professeure d’histoire contemporaine, université du Maine (directrice de thèse)

Résumé :
L’objectif de ce travail est d’analyser et d’expliquer, en adoptant un angle de socio-histoire des sciences combinant échelles et méthodes, la transition qui s’opère au sortir de la Seconde
Guerre mondiale : les scientifiques, considérés et se considérant encore dans leur immense majorité comme des savants à la fin des années 1940, changent de métier et deviennent des
chercheurs.
Partant du déplacement majeur de la place de la science dans les représentations provoqué par Hiroshima, l’analyse porte, dans un premier temps, sur l’entrée, ou le retour,
de la question scientifique dans l’arène politique, avec la prise de conscience par un certain nombre d’acteurs, en particulier physiciens et chimistes, que « la République a besoin de savants ». Le deuxième temps de l’étude porte sur la vie des facultés et des laboratoires : le recul du modèle du savant s’y fait à un rythme plus difficile, peut-être plus inéluctable, ce que montrent le témoignage d’un officer de la Fondation Rockefeller, l’étude de la réglementation et de ses applications, mais aussi la prosopographie et la social network analysis. Un troisième temps se concentre, à l’échelle locale, sur la technologie sociale de formation des scientifiques, qui connaît une forte recomposition et une indéniable internationalisation, cristallisant la transformation du métier de scientifique. Enfin, ce renouvellement du travail scientifique se traduit jusque dans les normes de la science, ce que montre l’étude fine de l’écologie doctorale destinée à certifier une formation à la recherche, au travers en particulier du corpus des rapports de thèses de doctorat.

Respectueusement,

Pierre Verschueren
Doctorant en histoire contemporaine (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHMC)
ATER au Collège de France (Sociologie du travail créateur)



  • [ATHENA] Soutenance de thèse - "Des savants aux chercheurs. Les sciences physiques comme métier (France, 1945-1968), Pierre Verschueren, 11/23/2017

Archive powered by MHonArc 2.6.18.

Top of Page